dallas_buyers_club_affiche

Dallas Buyers Club, la critique du film

Année de sortie : 2013
Durée du film : 117 minutes
Réalisateur/trice(s) : Jean-Marc Vallée

Découvrez le film Dallas Buyers Club avec Matthew McConaughey, Jared Leto et Jennifer Garner !

Partie pour faire une critique du film Les trois frères : le retour, je me suis finalement tournée vers un film qui, au-delà d’une tranche de rigolade, m’a réellement transportée à plusieurs niveaux : le film Dallas Buyers Club.

 

Le synopsis de Dallas Buyers Club

Film-Toronto Preview

Dans les années 80, Ron Woodroof, héros campé par un Matthew McConaughey au sommet de son art, a tout du cowboy texan de base : homophobe, misogyne, fan de rodéo et de paris, il passe son temps entre ses amis et ses plans cul. Un beau jour, il finit par se sentir très mal et atterrit à l’hôpital où on lui apprend qu’il a le SIDA, et qu’il ne lui reste que trente jours à vivre.

Niant sa maladie, il est convaincu que les médecins se sont trompés lors des tests car pour Ron et pour bon nombre de personnes à cette époque, le SIDA est une maladie touchant exclusivement la communauté gay. Cependant, il finit par se rendre à l’évidence et se met alors en tête de lutter coûte que coûte contre la maladie. Il se tourne alors vers des traitements non officiels  qu’il se procure clandestinement au Mexique.

Flairant le bon filon, Ron décide de donner les traitements aux malades tout en leur faisant payer un abonnement : le Dallas Buyers Club est né. Cependant, la FDA et les autorités compétentes voient d’un mauvais oeil ce trafic. Notre héros devra donc se battre non seulement pour sa vie, mais aussi pour toutes celles des membres, afin que le Dallas Buyers Club puisse prospérer.

 

Dallas Buyers Club : Mon avis

Dallas-buyers-club-01

Dallas Buyers Club est sans aucun doute l’un des films qui marquera 2014. Si le scénario laisse vite présager un mélodrame tire-larmes comme Hollywood les aime tant, il n’en est rien. En effet, le personnage de Woodroof est tellement riche qu’il est impossible de tomber dans la facilité de l’homme dévasté par la maladie. Rebelle dans l’âme, il enchaîne les vannes de cul, et nie même la maladie (oui, après tout, rien ne peut vaincre un cowboy comme lui n’est-ce-pas ?). Après avoir pris conscience de son état, Ron décide rapidement de se prendre en main en guettant tous les traitements possibles. Ses escapades autour de monde en quête de médicaments donneront d’ailleurs lieu à certaines scènes plutôt savoureuses. En effet, Ron va jusqu’à se déguiser en prêtre pour apporter les traitements jusqu’aux Etats-Unis, et en faire profiter le Dallas Buyers Club. Ce genre de scènes était donc très appréciable, puisque cela permet de dédramatiser l’ensemble, là où un film comme Philadelphia reste perpétuellement dans une ambiance dramatique.

Lors des tests pour l’AZT, Ron fait la connaissance de Rayon, transsexuel magistralement interprété par Jared Leto (le drogué de Requiem For A Dream). S’il ne peut s’empêcher de montrer son dégoût envers cet être « contre-nature » selon lui, le combat contre la maladie finira par rapprocher ces deux personnages, et Ron finira par changer son point de vue vis à vis de l’homosexualité. Cependant, le film ne vire jamais dans le pathos et les deux protagonistes ne cesseront de se lancer de petites vannes sur la transsexualité de Rayon. Une fois de plus, le réalisateur parvient donc à dédramatiser la situation tout en livrant des scènes touchantes.

Toutefois, ce film ne serait pas aussi bon sans l’intervention des deux acteurs principaux : Matthew Mc Conaughey et Jared Leto. Souvent restreint aux comédies romantiques à cause de son physique dans les années 2000, Mc Conaughey a dû se tourner vers des films indépendants afin de pouvoir exprimer tout son talent. Et il explose littéralement dans Dallas Buyers Club. Après avoir perdu trente kilos pour le rôle, Mc Conaughey se glisse parfaitement dans la peau de Woodroof et livre un jeu d’une justesse impressionnante. Cela s’observe tout particulièrement dans certaines scènes où la réalité est dépeinte de façon assez crue car Mc Conaughey est toujours d’un naturel désarmant.

Jared Leto quant à lui, est plus habitué aux drames et aux changements physiques. Après avoir pris plusieurs dizaines de kilos pour jouer l’assassin de John Lennon dans Chapitre 27, il se travestit en Rayon, un transsexuel très touchant. A l’image de Mc Conaughey, il livre un jeu d’une grande justesse là où d’autres acteurs se seraient cassé les dents en jouant une « folle » décomplexée. Il a très bien su transmettre les différentes facettes du personnage et rien que pour ça, il mérite amplement l’oscar du meilleur acteur lors des Oscars 2014 et du golden globes 2014 du Meilleur acteur dans un film dramatique ! Jared Leto fut également récompensé du Meilleur acteur dans un second rôle aux Golden Globes 2014 et du Meilleur acteur dans un second rôle aux Oscars.

 

Faut-il ou non voir Dallas Buyers Club ?

Sans hésiter ! Ce film est une véritable leçon de vie montrant que chaque épreuve finit par changer notre perception et notre vision des choses. D’égoïste et immature, Woodroof devient au fil du film un homme concerné par la cause de tous les séropositifs du club, et prêt à se battre bec et ongle pour elle. Tiré de faits réels, le film ne tombe cependant pas dans le drame classique et nous transporte entièrement au lieu de nous faire verser des larmes. Si vous aimez les grands acteurs, vous serez également subjugués par des prestations dignes des plus grands.

 

Sur ce, je file m’acheter un Stetson yeehaaaa !

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Lucille

Passionnée de cinéma et de séries, j'ai un avis sur tout ! Pour moi, le web représente un formidable moyen d'expression mais aussi un terrain d'échange entre internautes.

Littéraire convaincue, j'ai toujours un livre dans mon sac !

Sharing is caring