Affiche L'Emprise

L’Emprise : Tuer pour ne pas mourir, l’adaptation du roman d’Alexandra Lange

Année de sortie : 2015
Durée du film : 90 minutes
Réalisateur/trice(s) : Claude-Michel Rome

Découvrez L’Emprise, film relatant l’histoire d’Alexandra Lange -femme battue par son mari pendant 14 ans, qu’elle a tué en se défendant- pendant son procès.

L’Emprise est un téléfilm dramatique biographique franco-belge, réalisé par Claude-Michel Rome (Les Insoumis, Beauté fatale, Crime en Lozère). Adapté du livre « Acquittée, je l’ai tué pour ne pas mourir » d’Alexandra Lange, il a été diffusé sur TF1 en première partie de soirée le 26 janvier 2015.

Le film a été diffusé « hors-compétition » lors du Festival International des programmes audiovisuels de Biarritz 2015.

 

Synopsis du film L’Emprise

Alexandra Lange

L’Emprise retrace l’histoire d’une mère de famille de quatre enfants, Alexandra Lange, qui se retrouve en mars 2012 sur le banc des accusés des Assises de Douai pour le meurtre de son mari, un homme qui l’a battue pendant leurs quatorze ans de mariage.

Nous suivons donc son procès, où elle raconte tout ce qu’elle a vécu pour se justifier de son acte ultime de défense d’elle-même et de ses enfants.

 

Critique de L’Emprise : tuer pour ne pas mourir

La violence conjugale

Ayant énormément entendu parler de ce film en bien, j’ai franchi le pas et l’ai regardé. Je ne suis habituellement pas fan des films réalisés pour TF1, mais celui-ci est complètement à part, ce n’est pas le genre de film qu’a l’habitude de diffuser la première chaîne.

Nous entrons directement dans le sujet puisque la première scène est le meurtre du mari, Marcello Guillemin, dans un acte de défense par sa femme, Alexandra Lange. En train de l’étrangler et de la faire étouffer, celle-ci réussit à se saisir d’un couteau et à l’enfoncer dans le cou de son époux, le tuant quasi instantanément.

Les deux acteurs principaux sont Odile Vuillemin (connue dans la série Profilage et le film Podium) et Fred Testot (La Loi de Murphy, Le Siffleur, Sur la piste du Marsupilami), respectivement dans les rôles d’Alexandra et Marcello. Ils jouent tous les deux très bien leurs rôles, surtout celui d’Alexandra, où on n’a pas forcément l’impression qu’elle joue son rôle, mais plutôt qu’elle le vit. Ses expressions de visages sont toujours justes, un mélange entre étonnement et colère. On comprend qu’elle subit les événements mais tente parfois de résister et de protéger ses enfants de leur monstre de père.

Fred Testot est convaincant en père et époux tyrannique et violent, qu’on déteste assez rapidement. On ne peut exprimer que de la haine et du mépris pour cet individu qui brutalise sa femme en la laissant dans de sales états à chaque fois, mais qui sait faire de belles promesses pour la faire revenir quand elle tente de s’échapper de cet enfer.

La réalisation de ce film est très réussie, car elle arrive à nous faire ressentir ce que ce genre de film doit nous faire ressentir avant tout : de l’émotion et de la colère. Les scènes de violence, bien que pas filmées complètement font naître un sentiment de  révolte en nous dès le début, et celui-ci ne fait qu’empirer au fil du temps, les images terribles de cette femme tuméfiée voire même d’un de leurs enfants, sont insupportables.

Un profond dégoût naît alors pour cet homme violent, un dégoût encore plus grand quand on se dit que ce genre de comportement monstrueux est bien plus présent que l’on ne veut le croire dans notre société.

Les dialogues sont également touchants. On y ressent de la dureté, cette peur intense et quotidienne qu’a subie cette femme. On y ressent aussi la peur et la compassion des gens qui gravitent autour de cette situation familiale, comme la voisine qui se cache derrière son linge quand la fille du couple appelle à l’aide.

Ce film très complet, apporte certaines réponses à de nombreuses questions que tout le monde est en droit de se poser, comme : « Pourquoi n’a-t-elle pas pris ses gamins et n’est elle pas partie avant ?« . On rencontre alors une femme touchante, qui, à l’aube de ses 18 ans, rencontre un homme, le premier de sa vie, dont elle va tomber littéralement amoureuse. La seule question que je me suis posé c’est « Pourquoi ne pas être parti après les premiers coups, assez rapides et d’une violence déjà inouïe ?« . J’ai eu l’impression de voir un portrait d’une jeune femme qui cherchait tellement liberté, indépendance, et amour qu’elle était prête à tout pour vivre avec cet homme qui possédait un certain charisme et qui, d’extérieur avait de quoi faire « rêver » une gente féminine en quête d’une nouvelle vie. Par la suite, on découvre une femme prisonnière de sa relation, du mensonge, du chantage, qui affiche certes une grande faiblesse puisqu’elle n’ose rien, vit dans la peur, et ne cesse de se mettre à genoux lorsque son monstre de mari revient avec ses belles paroles et ses regards de chien battu.

Je tiens à signaler la très bonne performance du procureur général joué par le chanteur Marc Lavoine, qui nous offre un discours de fin très émouvant, qui fait vibrer. C’est toute la société française qui devrait s’excuser pour ne pas être intervenu quand cette femme criait à l’aide.

Le film voulait choquer et passer un vrai message, je pense qu’il est passé. Je connaissais évidemment l’existence de ce genre de drame, mais le voir mis en scène aussi brutalement appuyé par des chiffres (8 femmes battues sur 10 ne portent pas plainte), c’est une véritable prise de conscience. Faisons bouger les choses si un jour, cela s’impose sous nos yeux et nos oreilles.

 

Toutes les infos de L’Emprise

Marc Lavoine dans L'Emprise

Plus de 8 millions de téléspectateurs ont regardé le film diffusé sur TF1, soit une part de 33% des personnes ce soir-là.

Bien que s’étant d’abord montrée réticente et très éprouvée à l’idée d’écrire son livre, Alexandra Lange voulait montrer son enfer pour que ça n’arrive pas à d’autres. Après visionnage, elle s’est dite bouleversée par le film.

Voici un extrait d’une interview d’Odile Vuillemin, l’actrice qui incarne Alexandra Lange dans L’Emprise :

« Malgré le sujet difficile, j’ai trouvé le scénario sublime. J’ai eu quelques appréhensions mais je n’ai pas hésité très longtemps. Interpréter le rôle d’Alexandra est un challenge de comédienne magnifique. Les statistiques de femmes subissant des violences sont ahurissantes, sans compter les victimes qui ne parlent pas. Je ne pouvais pas refuser de défendre cette cause. Alexandra Lange est une jeune fille en soif d’émancipation. Elle rencontre Marcello dont elle tombe extrêmement amoureuse et bascule dans l’enfer de l’emprise. Un mécanisme dont il est impossible de sortir. Cela commence par l’annihilation de la personnalité qui ôte toute estime de soi. Petit à petit, le seuil de normalité est totalement dénaturé et recevoir des coups fait partie du quotidien. Prise dans l’engrenage, la personne n’a plus conscience de la réalité et subit totalement les événements. » (source MyTF1)

 

Le cas d’Alexandra Lange n’est pas isolé. Selon les chiffres du gouvernement, chaque année, plus de 216 000 femmes sont victimes de violences émises par leur partenaire. Parmi ces victimes, seules 16% osent porter plainte.

 

Pour signaler une situation de violences contre une femme : 

 

Bande-annonce du film L’Emprise

Voir la bande-annonce du film L’Emprise en version française évidemment :

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Maximilien

Maximilien
Jeune développeur Web en quête d'aventures, je suis passionné par internet et la musique. Mais je ne refuse jamais une bonne séance cinéma seul ou avec des amis. J'en profite donc pour vous partager mes avis sur ce que j'ai aimé (ou pas) regarder.

Sharing is caring
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Laeticia 123
Invité
Laeticia 123

Salut,
Ce film m’a beaucoup fait pleurer. C’est vraiment horrible de se dire que ce genre de chose existe vraiment dans le monde. En tout cas, comme tu l’as dit, le message du film est bien passé. Super article !

Venette
Invité
Venette

Un film très touchant qui fait réfléchir !

Venette
Invité
Venette

Un film très touchant qui fait réfléchir !