Affiche Jurassic World

Jurassic World : Le retour de la légende !

Année de sortie : 2015
Durée du film : 125 minutes
Réalisateur/trice(s) : Colin Trevorrow

L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

 Jurassic World est un film d’aventures et de science-fiction américain, réalisé par l’inconnu Colin Trevorrow et sorti en 2015. Il s’agit du quatrième film de la saga, et le premier depuis 2001 et la sortie de Jurassic Park 3.

  

Jurassic World : Le film

Owen devant ses raptors Jurassic World

 

Simon Masrani est un jeune milliardaire heureux, en rachetant la société de biotechnologie InGen, il a rendu possible le rêve de John Hammond : l’ouverture d’un gigantesque parc d’attractions centré sur des dinosaures vivants !

Voilà bientôt dix ans que le parc est ouvert, et le public commence à se lasser de ces créatures préhistoriques. Pour faire revenir les touristes, des scientifiques aux ordres de Claire Dearing tentent de trouver une nouvelle attraction pour captiver les visiteurs. Deux spécimens de dinosaures façonnés par la main de l’Homme, Indominus Rex, voient ainsi le jour.

L’animal est plus gros que n’importe quel dinosaure existant, et donc plus difficile à contrôler. Après avoir tué son binôme, l’un de ces monstres s’échappe et sème la terreur dans le parc. Au même moment, Zach et Gray, les neveux de Claire envoyés sur l’île pendant le divorce de leurs parents, bénéficient d’un pass pour profiter de toutes les attractions, mais se retrouvent sur la route du dangereux dinosaure. 

Les espoirs de mettre fin à cette menace se portent alors sur Owen Grady, dompteur d’un groupe de vélociraptors.

 

Jurassic World : La critique du film

Dinosaure marin jurassic world

 

Étant un grand fan de la saga, ma critique ne sera pas forcément très objective concernant Jurassic World, mais je vais tenter d’être le plus neutre possible. Vous pouvez également lire mon autre article sur Jurassic Park, le film original pour vous faire une idée.

10 juin 2015, 20h45, je suis bien assis sur mon siège de cinéma, prêt à retrouver les dinos qui m’ont marqué par le passé. Salle pleine à craquer, bandes-annonces a n’en plus finir, nous sommes bien à la première diffusion d’un des films les plus attendus de l’année.

Une chose très positive, nous sommes plongés directement dans le film, avec une jolie scène d’intro nous montrant le processus de naissance des dinos, puis de l’introduction des deux enfants du film. Joués par Ty Simpkins et Nick Robinson, Gray & Zach sont les Lex et Tim version 2015. Rien de particulier a signalé sur eux, mis à part l’excitation du plus jeune à la vue des premiers dinosaures et la bêtise du plus grand, mais cela fait leurs charmes.

Les premières scènes de Jurassic World nous dévoilent petit à petit le nouveau parc, ouvert au public, avec le célèbre thème de Jurassic Park en font, fait qu’on est émerveillé par ce renouveau, cette beauté, les dinosaures en vie et toute cette magie qu’ils comportent. Le premier quart d’heure est clairement réalisé pour les plus nostalgiques, c’est le moment « ça y est, on est devant le nouveau Jurassic Park ! », qui ravira beaucoup d’entre nous. La scène du spectacle avec le dinosaure marin, déjà vue dans la bande-annonce, est juste sublime et impressionnante.

Le méchant et nouveau dino, l’Indominus Rex, plus grand et puissant que le T-Rex, est introduit très rapidement, pour notre plus grand désir. Très impressionnant, il aurait de quoi effrayer les plus jeunes, surtout dans les scènes d’attaques très spectaculaires. Bien plus intelligent que les vrais dinosaures, il va donner du fil à retordre à tout le monde ! Petit bémol sur la technique de modélisation des dinosaures, qui n’est plus la même que lors du film original, et est dans la norme de ce qui se fait ailleurs, ce qui donne des effets plus ou moins réalistes sur certaines scènes avec les raptors. L’effet révolutionnaire aperçu sur le T-Rex est désormais loin derrière nous !

Parlons un peu des deux acteurs principaux. Owen, l’homme chargé de ramener la paix dans le parc est joué par Chris Pratt. Après être apparue dans Les Gardiens de la Galaxie ou encore Her, il confirme sa réputation d’étoile montante d’Hollywood avec ce rôle qui lui va à merveille. Très déterminé et courageux, il entraîne Claire, la belle rousse qui est chargée des attractions du parc, jouée par Bryce Dallas Howard (Spider Man 3, Twillight III,…), dans une vraie chasse au monstre. Elle devient une vraie aventureuse en puissance, capable d’aider Owen dans sa « quête ».

 

Owen, Claire et les enfants

 

Un grand plus est que les personnages secondaires arrivent à être drôles, et à apporter un humour qui est bienvenue dans ces scènes de chaos. Irrfan Khan et Omar Sy, qui incarne respectivement Patel, le patron du parc et Barry, ami d’Owen sont auteurs de blagues bien pensées qui nous font sourire. La première scène entre Owen et Claire est également excellente par le côté macho qui s’en dégage. À noter également les participations de Lauren Lapkus (vu dans Orange is the New Black) et Vincent D’Onofrio (Night Run, A Day to kill, Men in Black, Malcolm X)

Venons en aux faits désormais et au gros énorme défaut de ce film. Tout ce qui connaisse par cœur le vrai Jurassic Park n’auront globalement aucune surprise tout au long du film, le scénario étant assez ressemblant à l’oeuvre originale, mis à part le mode d’évasion du dino qui foutra le bordel.
Un autre point noir est le nombre de références au premier film disséminé tout au long de l’histoire. Son nombre est juste hallucinant et Jurassic World en devient plus un hommage à Jurassic Park qu’un renouveau. Au mieux de suivre son propre court, il continue d’encenser son prédécesseur encore et encore.

Néanmoins, vous ne risquez pas de vous ennuyer, et ça c’est génial ! Une fois l’Indominus Rex sorti de sa cage, les scènes d’action et de combat se succèdent à grande vitesse, pour le plus grand plaisir des yeux. On en arrive à se demander  ce qui pourra bien l’arrêter.

La grosse polémique des raptors apprivoisés est éteinte dans le film par le fait qu’ils ne le sont pas vraiment. Les vélociraptors sont avant tout des animaux sauvages et ils le resteront toujours, qu’on le veuille ou non. Certaines scènes paraissent un peu WTF, mais globalement, ils sont bien utilisés et restent des stars dans l’histoire.

Pourtant, Jurassic World divisera tous ceux qui iront le voir, et surtout les fans. Il y aura le camp des mélancoliques, qui auront des étoiles plein les yeux en voyant les dinos : « Bouffe-le ! Bouffe-le ! Quoi, déjà fini ?! » et les exigeants, qui se demanderont quel est l’intérêt de faire renaître la franchise pour refaire la même histoire en moins bien. Car il faut bien se le dire, Jurassic World est bien un blockbuster américain avec tous les ingrédients qui vont avec : action, personnages stéréotypés, effets maîtrisés, final apocalyptique, une pointe d’humour et un zeste d’amour. Pour sa défense, on pourra toujours penser que le message subliminal « les hommes veulent toujours gagner plus par tous les moyens » est bien trouvé, tout en étant un tacle aux superproductions américaines.

Le film n’en reste pas moins une réussite et sera certainement un des gros succès de l’année, seulement concurrencé par la sortie de Star Wars 7 en décembre prochain. Je conseille à tout le monde d’aller le voir, pas forcément en 3D puisqu’elle n’apporte rien, mais pour le bon moment que vous passerez pendant ces deux heures de films.

N’attendez plus, le parc est ouvert …

 

Jurassic World : Les infos

 Owen et Omar Sy dans Jurassic World

 

Au début de son développement, Harrison Ford fut envisagé pour tenir le rôle principal, mais pour diverses raisons, dont la mauvaise qualité du dernier Indiana Jones, il refusa le projet.

Dans le film, on peut voir que les dinosaures aquatiques sont nourris avec des requins. Cette idée, provenant du réalisateur est une référence aux Dents de la Mer, réalisé par Steven Spielberg, qui est aussi producteur de Jurassic World.

BD Wong, chef du service scientifique du parc, est le seul acteur qui a participé à Jurassic Park et à Jurassic World.

 

Si vous ne l’avez pas encore vu, voici la bande-annonce de Jurassic World :

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Maximilien

Maximilien
Jeune développeur Web en quête d'aventures, je suis passionné par internet et la musique. Mais je ne refuse jamais une bonne séance cinéma seul ou avec des amis. J'en profite donc pour vous partager mes avis sur ce que j'ai aimé (ou pas) regarder.

Sharing is caring
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nico
Invité
Nicolas Courault

Beaucoup d’incohérences mais le visuel rattrape le coup !

La Rédaction Gold'n Blog
Invité
Laurianne

ça y est je l’ai enfin vu et j’avoue avoir été déçu… Malgré que les images soient belles, les effets spéciaux réussis, il y a beaucoup d’incohérences et je n’ai pas aimé le doublage en français sauf pour Chris Pratt. Jurassic World reste un bon divertissement pour les fans de la saga 🙂