lazarus_effect_film_horreur_2015

The Lazarus Effect, la critique du film

Année de sortie : 2015
Durée du film : 83 minutes
Réalisateur/trice(s) : David Gelb

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

 

Sorti en 2015, The Lazarus Effect est un film de production américaine qui fut réalisé par David Gelb. Ce film met en scène une équipe de recherche médical qui ont trouvé un moyen de ramener les morts à la vie

 

The Lazarus Effect : Le synopsis

lazarus_effect_film_2015

Après plusieurs années de recherche, une équipe de recherche universitaire parvient à mettre en place un sérum qui permet de ramener les morts à la vie. Ce sérum est appelé « Lazarus ».

Suite à plusieurs essais sur des cadavres d’animaux, Zoé, la femme de Frank décède. Dans un accès de désespoir, Frank décide contre l’avis de ses collègues d’utiliser le sérum Lazarus sur sa femme. 

Ainsi, Zoé revient à elle mais présente des troubles. Petit à petit, ses collègues se rendent compte que quelque chose cloche

 

La critique du film The Lazarus Effect

lazarus_effect_film

 

Film possédant un casting plutôt intéressant, The Lazarus Effect attire par son scénario et pourtant, le tout reste mitigé. 

Malheureusement, le scénario est un poil prévisible. La bande annonce présente déjà une bonne partie du film. Lazarus Effet débute lentement et traîne en longueur, surtout au début du film. La partie horreur (si on peut l’appeler comme ça) ne démarre réellement qu’après la première moitié du film. Il y a un sentiment de déjà vu dans Lazarus Effect, et c’est bien dommage. D’ailleurs, il y a énorme référence au film Lucy (avec les 10% du cerveau utilisé par un humain lambda) mais aussi à Shining (avec la petite fille dans le couloir)… Décevant.

Quant à l’horreur, j’ai plus sursauté de surprise que de peur, car il est là le problème. The Lazarus Effect ne fait pas peur. Cependant, le coté mystérieux et thriller du film se laisse regarder, même s’il est vrai qu’à l’origine c’est un film d’horreur qu’on souhaite voir. Chaque passage qui devient intense et inquiétant est rapidement allégé par un nouveau plan ou une nouvelle scène qui se déroule plus tard. Dommage…

Chose interessante, le réalisateur met le doigt sur l’éthique et la morale : Peut-on se prendre pour Je-ne-sais-qui et jouer avec la mort et la vie ? Peut-on ranimer les morts sans conséquences ? Bon point qui rend malheureusement le film prévisible. 

En parlant de mort qui a été ranimé, Evan Peters qui joue ici Clay, connait bien ça ! En effet, dans la saison 3 d’American Horror Story nommé Coven, il interprète un personnage, Kyle, qui fut rappelé de chez les morts par deux sorcières. 

Quant aux acteurs, j’ai l’impression qu’ils n’ont pas su joué ensemble. Ils ne sont pas mauvais dans leur propre carrière mais ensemble, ils n’ont pas d’intensité, pas de charisme. Mark Duplass qui incarne Frank est insipide… Donald Glover l’est également. Ils n’ont pas de personnalité et ne se démarque pas. Difficile de s’attacher aux personnages. 

Manque d’originalité et d’angoisse, The Lazarus Effect se laisse regarder sans trop de frayeur. 

 

The Lazarus Effect : Le casting

 

Les infos du film The Lazarus Effect

The-Lazarus-Effect
Olivia Wilde dans The Lazarus Effect

 

L’actrice Olivia Wilde joue encore une fois une personne travaillant dans le domaine médical, en interprétant Zoé, une étudiante qui effectue des recherches à la limite de l’éthique et de la morale. Elle incarnait également numéro 13 dans la série Dr House

The Lazarus Effect a été tourné en seulement deux mois ! Peut être pour ça que les acteurs avaient du mal à jouer ensemble ?

 

The Lazarus Effect, le trailer

Découvrez le trailer en version française de The Lazarus Effect : 

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Laurianne

Passionnée de Web, de film et de série, pourquoi ne pas lier le tout ? Je vous propose les films et séries du moment, mais aussi les recettes que j'utilisent régulièrement et qui ravissent mes proches !

Sharing is caring