skins_serie_affiche

Skins, la série britannique de 2007

Années : 2007 - 2013
Durée de la série : 61 épisodes - 7 saisons
Créateur/trice(s) de la série : Jamie Brittain et Bryan Elsley

Découvrez cette série originale pour ados ! Avec un casting entièrement renouvelé toutes les deux saisons, Skins va vous faire découvrir le mode de vie mouvementée des ados anglais !

Skins est une série dramatique britannique, diffusée de 2007 à 2013, relatant le quotidien d’une bande de lycéens pendant leurs deux années d’études à Bristol, dans le sud de l’Angleterre. Cette série présente un concept original, en effet, pour s’adapter à la réalité, le casting est intégralement renouvelé toutes les deux saisons, représentant les deux années de lycée. Ce concept permet également d’avoir toujours des acteurs âgés entre 16 et 18 ans et de bien montrer la jeunesse anglaise.

 

On dispose donc de ce que les fans de Skins appellent « trois générations » de personnages, qui n’ont pas forcément les mêmes caractéristiques. Les trois bandes sont assez différentes les unes des autres, mais restent attachantes et sympathiques, et le plus important, véhiculent ce qu’on peut appeler « l’esprit Skins » de la série.

Chaque épisode de la série s’attache à un thème particulier, souvent à travers un personnage, qui devient principal le temps d’un épisode. Cela n’empêche pas à la série d’avoir une trame qui se déroule sur la saison complète, et qui avance au fil du temps. Bien que différents, les personnages ont une grande interaction entre eux…

 

Skins : Première génération 

Skins : la première génération

Cette génération est la plus connue car la plus diffusée en Angleterre et en France. Ce sont instinctivement à eux qu’on pense quand on évoque la série. L’acteur emblématique de cette génération est Nicholas Hoult (vu dans X-Men : Le Commencement, X-Men : Days of Future PastWarm BodiesJack le chasseur de géantsLe Choc des titans,), qui joue le personnage de Tony, le leader de cette bande d’ados. Tony est un play-boy manipulateur un peu pervers sur les bords. Il est admiré par tous les autres ados, qui voit en lui un élève modèle, alors que ses propres parents en ont horreur. Il sort avec Michelle (April Pearson), mais cela ne l’empêche pas d’aller voir ailleurs, aussi bien du côté des filles comme des garçons, pour « tenter des expériences ».

D’autres personnages de la bande sont mis en avant, comme Cassie, Sid et Jal. Cassie (Hannah Murray, vu dans Game Of Thrones) est un personnage atypique, anorexique officiellement en voie de guérison. Elle cherche toujours à paraître normale, mais est au final complètement décalé et au bord du gouffre. Elle devient néanmoins attachante par ses nombreuses interventions rigolotes et ses « Whouaah… » a répétition.

Sid est le puceau de service, meilleur ami de Tony. Il est amoureux de Michelle depuis toujours et celle-ci va en profiter pour le manipuler à maintes reprises. Pendant que Sid se laisse faire par son amour « secret », Cassie est complètement dévastée, car amoureuse de Sid depuis leur rencontre, et que celui-ci l’ignore totalement.

Jal est un peu l’élève sérieuse de la bande. Elle travaille dur pour le concours de musique et se renferme sur elle-même car les autres ne prennent le temps de l’écouter. Les autres personnages sont Maxxie, Anwar et Chris (Joseph Dempsie, vu dans New Worlds ou Game Of Thrones également), bien qu’atypiques eux aussi, ils n’en restent pas moins secondaires.

La première saison nous présente les personnages un par un, au fil des épisodes, ainsi que les relations qui les unit chacun aux autres. L’esprit Skins, à savoir fête et pas de prise de tête est fortement représenté, malgré les moments difficiles que devront traverser les personnages. La deuxième saison est dans la continuité de la première, en se concentrant plus sur les changements entre les différents personnages.

De mon point de vue, j’ai trouvé les personnages très attachants, surtout celui de Cassie qui est vraiment très surprenant et attendrissant. L’évolution de Sid nous donne envie de le couver tellement il fait des efforts pour les autres. Le charisme de Tony et l’aura de Michelle finissent de nous rendre dingue de cette bande d’ados qui nous manquera une fois la saison achevée.

 

Skins : Deuxième génération

skins série britannique Effy et sa bande

Troisième saison, on change tout ! Ou presque :p

Seul le personnage d’Effy (jouée par Kaya Scodelario, qu’on retrouve dans Le Labyrinthe), qui joue la soeur de Tony dans les saisons précédentes, fait la liaison entre les deux générations. On y retrouve également des personnages à petit rôle comme le proviseur adjoint ou la mère de Tony.

Effy, exactement comme son frère, devient la leadeuse de la bande, manipulatrice et distante, elle fait semblant avoir un cœur de pierre. Cook (Jack O’Connell) est le voyou de la bande, il n’a pas peur d’enfreindre les règles et fait tout pour obtenir ce qu’il veut. Ce sont les deux personnages principaux, et la relation qui les unis est assez ambiguë du début à la fin de la génération. 

Je trouve les autres personnages plus attachants que la première génération, bien que l’absence de Cassie se fasse sentir, Pandora (juste géniale cette perso, fille coincée qui va devenir quasi une vraie traînée), le couple lesbien Émily/Naomie, la soeur jumelle d’Émily, Kat, qui bien que chiante par moments, s’intègre bien au reste du groupe. Du côté des mecs, le beau-gosse Freddie (Luke Pasqualino, vu dans la saison 1 de Borgia) est super attachant et JJ est clairement mon préféré de cette génération. Personnage autiste depuis son enfance, il est le meilleur ami de Freddie et Cook. L’épisode qui lui est dédié est celui que je préfère par l’émotion qui y est véhiculée ! 

 

Skins : Troisième génération 

Skins : la dernière génération
La 3e génération des personnages de Skins

La dernière génération de Skins est plus décevante que les autres. Ils ne sont pas mauvais, loin de là ! Mais on s’attache moins facilement à cette bande d’ados qui débarque, avec Francky (Dakota Richards), garçon manqué, en tête de liste. Aucun des ados n’arrive à prendre la place de leader du groupe, et celui-ci parait beaucoup moins uni que les autres (on retrouve beaucoup de disputes et de personnages isolés dans la dernière saison).

Je me suis néanmoins surpris à apprécier le personnage de Mini (Freya Mavor découverte dans Les nouveaux mondes et The White Queen), que je détestais pourtant au début. Présenté comme la fille bourge qui commande son petit groupe d’amis, l’épisode qui lui est consacré nous montre tout ce qu’elle vit et pourquoi elle agit ainsi. L’émotion qui en ressort de son biopic m’a fait changer d’avis sur cette fille. Dans le sens contraire, Francky qui débute en étant la nouvelle, assez fragile, que personne ne semble apprécié, devient une véritable peste par la suite.

Les acteurs masculins jouent plutôt bien également, que ce soit Alo, le fermier ou Richards le métalleux, que j’appréciais également. Je n’ai par contre rien ressenti pour les autres personnages, sauf celui de Grace (mais qu’on ne voit pas assez à mon goût …).

Bien que cette génération soit en dessous des autres, on est triste quand arrive le dernier épisode, car ont sait qu’une quatrième génération ne suivra pas derrière.

 

Skins : Dernière saison

Les acteurs de Skins

Les producteurs de la série nous ont offerts un petit cadeau pour cette dernière saison un peu spéciale. En effet, ils nous proposent de voir ce que sont devenus certains personnages dans leurs vies futures. Chacun disposant de deux épisodes pour achever cette série.

On retrouve donc Effy dans les deux premiers épisodes. Elle est devenue une femme d’affaires qui usera encore de son charme envers les hommes pour atteindre ses objectifs. Les épisodes sur Effy sont les plus réussis pour ma part, car ce sont ceux où l’esprit Skins est encore présent, où ont à pas l’impression d’être dans une nouvelle série (la présence d’Émily et Naomie y est pour beaucoup aussi)

La première génération est représentée par Cassie dans les deux épisodes suivants. Je regrette que ce soit la seule personnage qu’on nous propose de revoir, j’aurais aimé savoir ce qu’est devenu Sid, qu’on a perdu lors de son envol pour New York à la fin de la deuxième saison. Ces épisodes sont assez lents, à l’image du personnage, et je n’ai jamais compris le message qu’avait voulu nous faire passer les producteurs. Si quelqu’un l’a compris, qu’il me fasse signe…

Skins se termine donc par le retour du roi Cook, qui n’a pas beaucoup changé, puisqu’homme de main d’un dealer de drogue. Il coure toujours les filles et cette fois, sa relation avec la copine de son patron va provoquer quelques dégâts.

Je pense que la série a bien fait de s’arrêter, cette dernière saison étant de trop et n’étant plus représentative de l’esprit Skins, si important au fil des saisons. J’étais quand même triste de ne plus revoir leurs bouilles que j’étais si content de retrouver.

 

Les infos autour de la série Skins

Pandora et les filles, dans Skins

De nombreux clins d’œil aux anciens personnages sont glissés dans les épisodes à partir de la saison 3. Par exemple, Cook récupère le casier d’un ancien élève nommé Sid. Il se battra avec un certain Anwar quelque temps plus tard et son appartement sera le même dans lequel Chris fut accueilli après la disparition de sa mère dans la saison 1.

Pourquoi Skins ? Si officiellement, Skins signifie « peaux » en anglais, ce n’est pas ainsi que se traduit le titre. En effet, en anglais argotique, le mot « Skins » désigne le papier à rouler. Il est ainsi fait allusion à l’utilisation illégale qu’en font les personnages de la série. (source AlloCiné)

L’acteur qui joue Anwar dans la première saison n’est autre que Dev Patel, que l’ont à déjà vu dans le rôle principal de Slumdog Millionnaire.

 

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Maximilien

Jeune développeur Web en quête d'aventures, je suis passionné par internet et la musique. Mais je ne refuse jamais une bonne séance cinéma seul ou avec des amis. J'en profite donc pour vous partager mes avis sur ce que j'ai aimé (ou pas) regarder.

Sharing is caring