spartacus_les_dieux_de_l_arene_affiche

Spartacus : Les dieux de l’arène, la série spin-off de Spartacus !

Années : 2011
Durée de la série : 6 épisodes - 1 saison
Créateur/trice(s) de la série : Steven S. DeKnight

Bizarrement, Spartacus : Les dieux de l’arène est la mini-série qui m’a fait connaître et vénérer Spartacus : Le sang des gladiateurs alors que cette première est sortie plusieurs années après Le sang des Gladiateurs. Je vais tenter de vous transmettre combien j’apprécie cette série, les innombrables soirées que j’ai passées à les regarder et re-regarder. Que vous connaissiez cette série ou pas, je tenais à partager avec vous cette série génialissime.

Vous voulez des combats de gladiateurs à la 300 ? De la violence, du sexe, des intrigues ? Spartacus : Les dieux de l’arène est fait pour vous !

 

Spartacus : Les dieux de l’arène, l’histoire

Spartacus les dieux de l'arène

Spartacus : Les dieux de l’arène est une mini-série de 6 épisodes qui est le préquel à Spartacus : Le sang des gladiateurs. Elle a été réalisée par Steven S. DeKnight et diffusée en 2011 aux Etats-Unis. Elle a rencontré de meilleures audiences que la série initiale, je pense du fait qu’« on est directement dans le bain » dès le premier épisode. Tandis que dans la série originale, plusieurs épisodes sont nécessaires avant trouver le rythme qui se tiendra le reste de la série.

Ainsi, dans ce préquelle on y retrouve Batiatus, interprété par l’acteur écossais John Hannah, et sa femme Lucretia, jouée par Lucy Lawless, actrice néo-zélandaise connue pour son rôle dans Xena, la guerrière. Le père de Batiatus (Jeffrey Thomas), qui est à la tête du Ludus est également présent et sera au cœur de nombreuses intrigues. Vous l’aurez compris, Spartacus à cette période n’est pas encore esclave puisque que ça se passe quelques années avant qu’il ne devienne gladiateur.

On découvre alors le premier Champion de la Maison de Batiatus qui est Gannicus, interprété par l’acteur australien Dustin Clare, un bon vivant aimant l’alcool et la compagnie des femmes. Alors que la colossale arène de Capoue est en fin de construction et est sur le point d’être inaugurer, Batiatus, toujours à la recherche de richesse et de gloire, souhaite y faire combattre ses gladiateurs quoi qu’il en coûte et quelques soient les excès.

 

Spartacus : Les dieux de l'arène

Nous retrouvons également Peter Mensah dans le rôle Œnomaüs ainsi que Manu Bennett dans celui de Crixus. Nous y découvrirons les débuts au sein des Gladiateurs de notre Gaulois préféré. Marisa Ramirez rejoint le casting en endossant le personnage de Melitta, la femme d’Œnomaüs mais aussi l’esclave personnelle de Lucretia. Quant à Jaime Murray, elle incarne la belle Gaia, amie de longue date de Lucretia. Vous avez pu l’apercevoir Dexter dans le rôle de Lila.

 

La critique de Spartacus : Les dieux de l’arène

Cette saison de Spartacus a été selon moi une dès plus intrigante, avec de nombreux rebondissements, peut être aussi parce que c’est la première que j’ai vu. En tout cas, je vous la recommande vivement. D’autant que les personnages de Batiatus, Crixus, Gannicus et Œnomaüs ont réellement existé. Encore une série plus ou moins historique comme je les aime ! Vous voulez des combats à la 300 ? De la violence, du sexe, des intrigues ? Vous serez plus que servi !

Spartacus : Les dieux de l'arène
Les personnages de Spartacus : Les dieux de l’arène

 

Les scènes de combats sont à l’image du film 300, beaucoup d’effet spéciaux et visuel d’où la raison pour laquelle cette série est l’une des plus chères de l’histoire (200 000 dollars par épisode). Les giclées de sang, les têtes tranchés, les corps démembrés, rien ne vous est caché. Il en est de même pour les parties hard de la série.

Les relations entre les maîtres et les esclaves, les gladiateurs et leurs maîtres, les gladiateurs et les esclaves de maison, et les gladiateurs entre eux, sont très intéressantes, c’est comme si nous vivions parmi eux. Nous ressentons leurs souffrances, leurs espérances, leurs désirs et finalement leurs combats pour leur survie, la gloire, l’argent… Vous l’aurez compris, cette série est un chef d’œuvre de par son scénario extrêmement approfondi et diversifié, ses scènes de combats épiques, ses scènes de sexe qui font que Spartacus est interdit au moins de 16 ans. Bref, il faut absolument la regarder, elle deviendra sans aucun doute une série culte, si ça n’est pas déjà le cas.

 

La bande annonce de Spartacus : Les dieux de l’arène

Laissez vous tenter et regarder la bande d’annonce en vostfr !

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par Laurianne

Laurianne
Passionnée de Web, de film et de série, pourquoi ne pas lier le tout ? Je vous propose les films et séries du moment, mais aussi les recettes que j'utilisent régulièrement et qui ravissent mes proches !

Sharing is caring
  •  
    2
    Shares
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nicolas
Invité
Nicolas

Cette saison 2 de la série mondialement connue qu’est Spartacus, est somme toute un excellent prequel préparant avec audace l’arrivée du gladiateur dans la maison de Batiatus. On y découvre Ganicus, un héros charismatique qui porte sur ses lourdes épaules le symbole de courage et de vivacité. Tout comme le synopsis, les scènes de combats sont toujours aussi bien travaillés, et correspondent parfaitement à cette mise en scène palpable. A recommander sans aucun doute pour les amateurs de séries péplum.