top-projets-films-aberrants

Top 5 des projets de films les plus aberrants

 

Le cinéma est un art particulièrement vivant où chaque année amène son lot de film intéressant, dont certains seront amenés à devenir culte dans les années à venir. Mais chaque année apporte aussi son lot de navet, qui soit reçoive un flot de commentaires haineux et se font descendre en enfer (comme les 4 Fantastiques l’année dernière), ou soit sont juste ignoré de tous, font un bide complet, et sont oubliés de tous juste après leurs sorties (comme Jem et les Hologrammes il y a quelques mois).

S’il on ne peut pas être certain qu’un film soit bon ou mauvais avant son arrivée en salle, il existe tout de même un certain nombre de projet qui sont très très loin de partir gagnant. C’est donc pour ça que nous vous proposons aujourd’hui un top 5 des projets de films qui nous rendent le plus anxieux.

 

5. Valérian et la Cité des Mille Planètes de Luc Besson

Valérian et Laureline, film, luc besson

On commence avec un des réalisateurs français les plus controversés. Entre ceux qui l’adore et ceux qui l’abhorrent, on peut dire qu’il a fait couler beaucoup d’encre. Après son Lucy qui lui aussi fut autant haïs (4.6 de moyenne sur Sens Critique), qu’aimé (plus de 5 millions de spectateurs en France selon Allociné), le patron d’Europa Corp a décidé de persévérer dans la Science-Fiction avec l’adaptation d’une des œuvres majeures du genre : Valérian et Laureline de Christin et Mézières.

Une bande dessinée dont vous n’avez peut-être pas encore entendu parler, mais qui est une des grandes références de la science-fiction que ce soit pour sa richesse visuelle, les thématiques abordés (voyage dans le temps, rencontre de l’inconnue, système planétaire, …) et surtout les messages très fort dont fait preuve les auteurs (écologie, religion, société, féminisme …). Son rayonnement fut tel que la série a pas mal influencé la première trilogie de Star Wars.  

 

star wars inspiré de Valérian et Laureline
Oui, même ça vient de Valérian et Laureline

Bref, une œuvre importante et d’une grande profondeur qu’il sera très dur à adapter sans énerver les fans les plus tatillons. Et force est de constater que si les derniers films de Luc Besson peuvent être divertissants, ses productions brillent rarement par leur intelligence.

Les acteurs castés, les premières photos de design, ou la disparition de Laureline du titre sont autant de raison que nous font craindre le pire pour cette adaptation.

 

 

4. Ghost in the shell de Rupert Sanders

ghost-in-the-shell-film

 

Ghost in the Shell fait partie des œuvres cultes du Japon. Que ce soit le manga d’origine, son adaptation en anime de 2002, ou ses deux films de 1997 et de 2004, chacune a marqué leurs médias respectifs, et ont aujourd’hui un rayonnement particulier.

Le film a subi une petite polémique lorsque l’on a annoncé que Scarlett Johansson jouerait le personnage principal. Non pas que l’actrice soit mauvaise (loin de là), mais on a pris ce choix comme encore un nouveau cas de whitewashing. Le whitewashing est le fait de prendre des personnages qui ont des origines non-caucasienne et de les faire jouer par des blancs. Cela fut le cas dans des films comme Prince of Persia, Exodus ou le récent Gods of Egypt. Le choix de l’actrice américaine déplu tellement qu’une pétition avec plus de 100 000 signature a vu le jour.

Mais quelque part, la démarche va bien plus loin que le « simple » whitewashing. Ghost in the Shell baigne dans un univers cyberpunk où la technologie est partout et qui a un fort message sur la science et le progrès. Tout ceci ne peut fonctionner que dans le contexte du Japon, car justement ce pays est très influencé par la robotique et la technologie. Quelque chose que les Etats-Unis a beaucoup moins, et une adaptation américaine a de bonne chance de créer une dissonance culturelle, comme avait pu l’expliquer le fossoyeur de film dans sa vidéo sur les mauvais remakes.

Les adorateurs de la licence étant particulièrement à l’affut, ce film a de grande chance de se faire détruire à sa sortie, d’autant plus que cela vient du réalisateur de Blanche-Neige et le Chasseur, Rupert Sanders.

 

 

3. Sandman de ???

 

Pas facile de rendre de tel chara-design crédible non plus

Sandman fait partie de ces œuvres inadaptables si l’on n’a pas un minimum de talent. C’est un comics publié actuellement en 7 intégrales de plus de 600 pages en France qui raconte des histoires plus ou moins longues et avec comme seul dénominateur commun le personnage du « Sandman ». Parfois personnage principal de l’histoire, parfois simple passager, les histoires de ce comics ont pour particularité d’être très différentes les unes des autres, et de verser dans des genres très différents. On peut aller de la fable au fantastique, ou du récit biblique au drame social. Bref, une œuvre très variée mais qui arrive pourtant à trouver une cohérence assez étonnante. De plus, l’œuvre est particulièrement profonde, et n’hésite pas à transformer ses aventures en pure exercice de style métaphorique, ce qui complexifie encore un peu la tâche.

Sans une véritable personnalité, et une vraie démarche d’auteur, il n’est tout simplement pas possible de faire une adaptation décente de Sandman. Et pourtant il semblerait qu’une soit en chantier en ce moment dans les studios. D’abord initié par Joseph Gordon-Lewitt qui devait le réaliser, celui-ci est laissé sans maître à bord depuis le départ du célèbre acteur pour cause de différence artistique avec la maison de production New Line Cinema.

Autant dire que ça ne sent vraiment pas bon, car si on commence à mettre des limites artistiques aux réalisateurs voulant produire quelque chose de personnelle, il y a de grande chance que le long métrage final soit très décevant.

 

 

2. Tetris the movie de Brett Ratner

Après 3 œuvres qui font surtout peur à cause de la grande qualité du matériel d’origine, nous passons à un film qui fait peur tout simplement car l’idée de base est bancale.

Tout le monde connait Tetris, l’un des jeux les plus connus au monde, qui a marché grâce à sa mécanique addictive et passionnante. Mais adapter une sorte de casse-tête en film est loin de donner l’impression d’être une bonne idée.  

Le projet étant encore au début (il a pourtant été annoncé en 2014), et le jeu pas vraiment équivoque, on ne peut se baser que sur les propos de son réalisateur et de son producteur pour se faire une idée de ce à quoi cela peut ressembler. Ainsi on sait déjà que l’adaptation a été pensé pour être une trilogie (sic), et qu’« Il ne s’agit pas d’un film avec des tas de lignes s’empilant autour de l’écran. Nous ne serons pas dans l’idée des formes géométriques. Nous avons une histoire derrière Tetris qui le rend très original ». Mais aussi que le tout devrait former « un thriller de science-fiction épique ». Bref, rien ne pourrait paraître plus éloigner du jeu d’origine, et en lisant l’interview du producteur, on s’aperçoit assez vite que celui-ci a mis en place le projet car Tetris est le jeu le plus populaire au monde.

 

Tetris le film

Est-ce que le film abandonnera même l’idée de Russie ?

Autant dire que cela ne fait pas du tout envie, même si c’est vrai qu’il peut être intéressant de voir comment le staff est arrivé à justifier la présence du jeu Tetris dans un film.

 

 

1. Emoji the movie

Il aurait été facile de mettre Tetris en champion des projets de film les plus aberrants, tant l’idée même semble absurde. Mais au moins, Tetris reste quelque part un mystère. Comment bâtir 3 films de science-fiction dessus ? Alors que le gagnant de notre top lui, est quasiment déjà prévisible de bout en bout.

Car oui, quelqu’un a un jour pensé que faire un film sur les émoticônes seraient une bonne idée, et oui celui-ci sortira surement en 2017. Que dire d’un film qui avec son seul titre semble être une blague de mauvais goût ?

 

emojis film

En exclusivité les acteurs du prochain film d’animation de Sony

 

L’aspect marketing derrière est quasiment visible à l’œil nu. On sait déjà qu’on retrouvera avec (dé)plaisir des émoticônes favoris comme celui qui rit, celui qui pleure, celui en colère, la pokerface,… On sait qu’on sera devant un film pour enfant à gag déjà éculé, on sait que ça sera plein de bon sentiment et qui sera sur l’acceptation de l’autre. On sait aussi que cela ne sera pas aussi virtuose que Vice-Versa, ou décalé que Lego the movie (qui sont des projets « « « similaires » » »).

Le fait que ce soit un film pour enfant, qu’on aille chercher des phénomènes tendances (enfin on a bien déjà fait un film Grumpy the Cat), et qu’on ne se cache même plus pour nous montrer que certains studios n’ont plus aucune inspiration, en font le pire projet de film qu’il y a actuellement. Comme pour les autres, un miracle n’est pas exclu, mais celui-là est quasiment irrattrapable.  

 

Et vous qu’en pensez vous ? Etes vous d’accord avec ce top ?

Nos articles qui pourraient vous plaire

Article rédigé par La Rédaction Gold'n Blog

La Rédaction Gold'n Blog
Inscrivez vous à la newsletter et découvrez nos derniers articles !

Sharing is caring
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nico
Invité
Nicolas Courault

Emoji the movie !? Sérieux ? mdr